Une vielle épicerie dans le complexe de San Giovanni Evangelista

L’Abbaye de San Giovanni Evangelista est l’un des plus anciens et des plus importants complexes bénédictins de Parme. Le grand ensemble de bâtiments, situé juste derrière la cathédrale et comprenant l’église, le monastère et l’ancien magasin d’épices, a une histoire millénaire : fondé en 980 par l’évêque Sigifredo II, il a survécu depuis lors aux luttes entre les seigneurs féodaux, les occupations militaires, les expropriations et oppressions de l’État.

San Giovanni Evangelista
Complexe de San Giovanni Evangelista

En 1477, à la suite d’un affrontement féroce entre seigneurs féodaux, un incendie s’est éclaté et a endommagé gravement le complexe. Mais à quelque chose malheur est bon : ce fait a permis aux moines de démolir vieux et non confortable bâtiment et profitant de l’immense richesse accumulée au cours des siècles précédents ont reconstruit entièrement nouveau tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Bien que l’activisme des moines dans le domaine du bien-être, de la charité et de la culture ait déjà été largement attesté au Moyen Âge, c’est à la Renaissance que l’Abbaye de San Giovanni est devenue l’un des principaux centres du développement de l’humanisme à Parme.

Fresque de la Coupole de San Giovanni - Correggio
Coupole de l’église de San Giovanni Evangelista (Antonio Allegri surnommé « Correggio ») [Source: parmamorethanfood.wordpress.com]
Pour la décoration picturale des intérieurs, l’abbé réussit à obtenir les services du jeune Antonio Allegri (plus connu sous le nom de« Correggio »), qui avait attiré l’attention de toute l’Italie au moment de l’ornement en fresques de la Chambre de l’Abbesse dans le Monastère de San Paolo. Le cycle de fresques qu’il peint pour les moines bénédictins fut sa première œuvre publique de grand prestige, ainsi que le témoignage de sa maturité artistique et la carte de visite pour les successives missions de grande importance (voir « L’Assomption de la Vierge » dans la Cathédrale de Parme).

Pour plus d’informations sur la structure architecturale de l’ensemble ou sur les superbes œuvres décoratives, nous vous suggérons de jeter un coup d’œil sur les excellents articles présents sur Wikipedia et sur le site officiel du monastère de San Giovanni.

Entrée de la vielle épicerie
Entrée de la vielle épicerie, sur la rue Pipa [Source: turismo.parma.it]

Ici, nous aimerions vous parler d’un lieu particulier, qui fait partie du complexe et pourtant souvent ignoré par les touristes et un peu « oublié par les habitants de Parme. En marchant le long de la route qui longe le mur gauche du monastère, après quelques mètres, vous remarquerez une petite vielle porte en bois qui vous mènera aux salles de l’ancienne Epicerie.

 

 

 

 

 

Dans les siècles passés, les épiceries couvraient les fonctions des pharmacies d’aujourd’hui : l’apothicaire s’occupait du traitement et du mélange des herbes médicinales et des épices pour produire des onguents, des tisanes et des sirops sur une base naturelle. Dans le cas de l’épicerie di San Giovanni, les herbes étaient cultivées directement par les moines dans le « Jardin des simples » (Hortus Simplicium) : au Moyen Age, en effet, les principes curatifs obtenus directement de la nature étaient appelés « simples », alors que ceux créés par mélange et traitement de différentes substances étaient appelés « composites ».

Les magasins d’épices n’étaient pas les seules structures qui traitaient les herbes : déjà au Moyen Âge, en fait, il y avait des emporiums et des vendeurs ambulants qui distribuaient des produits à base d’herbes et des produits « médicinaux ». Cependant, les moines, disposant d’outils et de structures adéquats, d’une vaste connaissance du sujet et de la possibilité d’importer de grandes quantités d’ épices de l’Est, pourraient facilement dicter leur loi face aux concurrent : et c’est exactement ce que firent les moines bénédictins de Parme , à tel point que les documents de l’époque définirent le magasin d’épices de San Giovanni comme « une entreprise leader dans ce domaine ».

Epicerie
fresque d’une vieille épicerie médiévale [Source: gaiasplate.com]
Les fortunes de l’entreprise durèrent jusqu’au début du XIXe siècle : après avoir survécu à la sécularisation de 1766, la gestion de la boutique de l’apothicaire à partir de 1820 fut confiée à la famille Gardoni, qui la maintint en vie jusqu’en 1881. A la mort du dernier apothicaire, les moines jugèrent pas avantageux de racheter la structure, c’est alors que l’État le racheta. Aujourd’hui, elle subsiste en tant que musée appartenant à la Surintendance du Patrimoine Historique, Artistique et Ethno-anthropologique de Parme et de Piacenza et peut être visité à un prix modeste de 2 euros (gratuit pour les moins de 18 ans), elle possède vraiment un charme unique.

Nous voulons remercier le jeune guide du nom de Serafina Filippelli, pour avoir guidé les visiteurs avec sagesse et passion et pour sa disponibilité et son professionnalisme en nous accueillant et en se mettant à notre disposition pour nous parler de ce lieu et satisfaire toute notre curiosité.

L’ambiance à l’intérieur est vraiment fascinante : les étagères abritent des récipients mystérieux, tandis que les mortiers et les alambics disséminés partout évoquent des figures d’alchimistes, et les incrustations, les décorations picturales et les meubles évoquent des époques et styles multiples. On s’habitue immédiatement aux espaces étroits mais accueillants, et il est facile de se perdre dans la contemplation des inscriptions sur les récipients, en essayant d’imaginer quelles substances étranges pourraient naître dans un endroit comme celui-ci.

L’épicerie est composée de quatre salles :

Hydria en Porcelaine
Hydria en Porcelaine

la salle du feu, ainsi appelée en raison de la présence d’une cheminée, elle était responsable de l’accueil des clients et de la vente des produits. En plus de douzaines d’hydria et d’albarello (récipients en majolique et en porcelaine pour liquides et épices), il y a aussi quelques balances du XIXe siècle et de petits poids exposés. De cette salle, à droite, on accède à la Salle des Poisons, dont l’entrée a été ensuite murée, tandis qu’à gauche se trouve l’entrée du Laboratoire, qui abrite le puits et l’entrée de la cave, un lieu indispensable pour la conservation des épices.

 

 

Salle des Mortiers Epicerie San Giovanni
Salle des Mortiers [Source: beniculturali.it]
La salle des Mortiers
Mortier en marbre et bronze [Source : tripadvisor.com]

En franchissant le seuil gardé par l’aigle de San Giovanni, on arrive à la Salle des Mortiers, où les moines écrasaient les épices. Cette troisième salle est meublée avec des meubles imposants sur les murs, il s’agit d’un style typique du maniérisme tardif, tandis qu’à l’intérieur des croissants qui entourent la salle sont peints des médecins de l’antiquité grecque classique.

Enfin, il y a la Salle des Sirènes, ainsi appelée à cause des figures en bois sculptées dans les pilastres des étagères. Cette dernière salle est caractérisée par des ornements grotesques, des étuis contenant des manuels de pharmacie placés aux coins de la salle et, dans les croissants supérieurs, des images des apothicaires qui se sont succédés dans le temps dans la gestion de l’épicerie.

 

 

 

Salle des Sirènes épicerie San Giovanni
Salle des Sirènes[Source : bbrubra.com]

Cet article, notre contribution, se veut le premier d’une série, dans laquelle nous vous parlerons d’autres lieux fascinants et évocateurs de la communauté bénédictine de Parme.

Dans les prochains articles :

  • Découverte du monastère de San Giovanni, avec son cloître, sa bibliothèque et sa maison d’hôtes.
  • L’Abbaye de Santa Maria della Neve à Torrechiara, où les moines bénédictins se sont réfugiés après la suppression de 1889.
  • L’Abbaye Cavana à Lesignano Bagni, un ancien monastère de 1100
The following two tabs change content below.
InfinitoDesign è una factory creativa italiana che sviluppa e produce tutto quanto è Progetto. Il nostro metodo di progettazione è Multidisciplinare. L'azienda riunisce creativi di diverse discipline del mondo del design, e unisce conoscenze e competenze diverse per realizzare prodotti unici e innovativi. Ideatrice del progetto e della comunicazione del brand Scorci di® Parma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *